Deux scaphandres du musée exposés

Le musée Joseph Vaylet-musée du Scaphandre, en partenariat avec le Conseil départemental qui apporte une assistance scientifique et technique à la gestion de la collection,  prête chaque année des pièces précieuses à d’autres musées qui organisent des expositions.

– A Marseille, une exposition se tient au musée d’Histoire de Marseille, situé près de la Canebière, à proximité de la Bourse. Le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM), service à compétence nationale du Ministère de la Culture et de la Communication en charge de l’archéologie sous-marine française, organise avec la Ville de Marseille une grande exposition bilan à l’occasion du Cinquantenaire du DRASSM, créé en 1966.

Programmée du 28 avril 2016 au 28 mai 2017, l’exposition a pour thème MEMOIRE DE LA MER ! PLONGEE AU COEUR DE L’ARCHEOLOGIE SOUS-MARINE. Elle est conçue comme une plongée dans l’histoire et l’univers de l’archéologie sous-marine. Quatre cents objets archéologiques sont présentés au sein d’une scénographie originale qui plonge les visiteurs au cœur de l’archéologie sous-marine. La directrice de l’exposition est Mme Elisabeth Veyrat, du DRASSM.

A l’initiative de Mme Muriel Peissik, historienne de la plongée et membre de l’association du musée d’Espalion, il a été prêté  le scaphandre à groin, créé en 1865 par messieurs Rouquayrol et Denayrouze, qui comporte le fameux régulateur/détendeur pour appareil plongeur de 1864, figurant à l’inventaire des monuments historiques. Cet ensemble est spectaculairement placé à l’entrée de l’exposition. (photo 1)

En retour de bonnes manières, le personnel technique du DRASSM a procédé gracieusement à une amélioration du scaphandre en remplaçant des pièces en caoutchouc défectueuses et en installant un heaume en peau de mouton, répondant scrupuleusement à l’authenticité historique. C’est donc un scaphandre restauré qui nous reviendra au mois de juin.

 

Ce scaphandre pied lourd, de la firme anglaise Siebe Gorman, date de la fin du 19è siècle, il sera présenté au cœur du parcours de la nouvelle exposition du musée de la Haute Auvergne à Saint Flour intitulée « Histoires de fil ». L’exposition sera ouverte au public du 13 avril au 5 novembre 2017. D’autres objets  provenant de la collection ethnographique départementale ont été prêtés. La directrice de l’exposition est Mme Laetitia Thérond.

Cette exposition a pour objectif de mettre en avant la symbolique du fil, tant du point de vue mythologique (Les trois moires, le fil d’Ariane…) que du point de vue du quotidien. Le fil étant à la fois symbole de vie et de lien physique entre les choses et entre les individus.

Le scaphandre, prêté et issu du musée Joseph Vaylet – musée du scaphandre, illustre bien la symbolique du fil : lié à leur corde de chanvre qui, par l’action de signaux codés, les reliait à l’équipage qui se trouvait à la surface, ou plus encore en respirant grâce à un tuyau d’alimentation relié à une pompe qui se trouvait elle aussi à la surface.

Dans cette exposition, la symbolique est retracée, illustrée. Elle permet d’interroger sur un monde qui devient « sans fil », domaine pour lequel les inventeurs Rouquayrol et Denayrouze ont œuvré en 1860 avec l’invention du scaphandre autonome…

L’exposition invite les visiteurs à se questionner, sur ce monde qui devient de plus en plus « sans fil », elle fera appel aux souvenirs des visiteurs, à leur curiosité et leurs émotions à travers un parcours dont le fil conducteur assure le rôle principal.

Plus d’informations sur : www.saint-flour.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *